Le concept d’archétype existe depuis l’Antiquité mais c’est Carl Jung qui en a établit 12 et les a inscrits dans la conscience moderne. L’archétype est un symbole primitif, universel appartenant à l’inconscient collectif.

L’archétype est un fondamental du Théâtre puisqu’il fait parti des mécanismes dramaturgiques qui permettent au public de s’identifier aux personnages.

Les arcanes majeures du Tarot de Marseille représentent ces grandes figures archétypales dont parle Jung et leurs variations. Certes, le Tarot de Marseille date du Moyen Âge mais la puissance symbolique de ses arcanes reste intacte.

Le Tarot de Marseille compte 22 arcanes majeures, et la plupart d’entre eux sont symbolisé par un personnage.


0 ou 22 – Le Mat

1 – Le Bateleur

2 – La Papesse

3 – L’Impératrice

4 – L’Empereur

5 -Le Pape

6 – L’Amoureux

7 – Le Chariot

8 – La Justice

9 – L’Hermite

10 – La Roue de la Fortune

11 – La Force

12 – Le Pendu

13 – L’Arcane sans nom

14 – Tempérance

15 – Le Diable

16 – La Maison Dieu

17 – L’Étoile

18 – La Lune

19 – Le Soleil

20 – Le Jugement

21 – Le Monde


Au delà, c’est un système de représentation du Monde, de ces valeurs symboliques essentielles telles que masculin/féminin, terrestre/divin etc. Les personnages sont liées entre eux par des rapports numériques et de couple.

Chaque arcane est porteur d’une ambivalence, d’une part d’ombre et d’une part de lumière, de connotations positives et négatives.

Par exemple, Le Chariot, arcane VII du Tarot représente un jeune homme sur un char. Il peut symboliser autant la détermination et le succès que l’arrogance et l’agressivité. Ce personnage semble être un jeune prince, il pourrait être un guerrier ou encore un artiste en scène.

Mais qui est ce personnage aujourd’hui si on l’actualise ? Un militaire? Un fanatique ?Un aristocrate d’une lignée décadente ? Un artiste égocentré?

Prenons un autre exemple, celui du Mat. Il peut symboliser à la fois la liberté et la folie. Il est à la fois un pèlerin et un fou. Il marche à l’aide de son bâton mais pourrait également très bien tourner autour indéfiniment sans aller nulle part.

Il pourrait aussi bien être actualisé par la figure d’un globe trotteur que celle du sdf que celle du fou en errance échappé de l’asile.

Dans la cadre de la formation, il s’agira de choisir un arcane et de puiser dans sa force de représentation en actualisant sa figure archétypale.

Ce choix permettra de prendre conscience qu’un personnage possède une force d’évocation plurielle qui représente autant de pistes dramaturgiques à déployer. C’est une grande richesse pour l’auteur-acteur qu’est le clown. Une source qui lui permet d’aller au delà de la caricature du quotidien.

Les potentiels de l’arcane permettront de construire une partition où il s’agira de se jouer de l’ambivalence, pour permettre de nourrir profondeur de jeu et d’argumentaire.

L’arcane choisi par l’acteur-auteur sera réinterprété et réactualisé en fonction de ce qu’il y projette et de la façon dont il décide de s’en saisir. Ce positionnement lui permettra de construire une esthétique de personnage où il sera amené à disparaître derrière le masque de l’arcane. Il lui permettra aussi de faire des choix dramaturgiques en lien avec les forces d’évocation de son archétype.

Par ces choix, le clown sera amené à écrire et déployer le grandes questions poétiques et politiques mises en jeu par l’archétype que porte son arcane.

Par exemple, si je suis un guerrier, quel est mon combat ? Le pour quoi de mon combat ? Mes incohérences ? L’état du Monde qui m’oblige à prendre les armes ? Mon point de vue sur cet état du Monde ? Mon utopie quant aux retombées de mes actes ?

Qui sont les spectateurs pour ce personnage ? Comment l’arcane s’adresse t il à eux ?

Pour ce travail, nous nous appuierons sur le Tarot de Marseille d’Alejandro Jodorowski mais aussi sur le tarot des lettres hébraïques ainsi que sur le jeu de cartes des archétypes de Caroline Myss qui présente les 12 principaux archétypes de Jung, déployés en 74 figures.