l’Atelier Coopératif d’Auto-Édition Artisanale


Situé à Écouflant en Anjou, sous d’anciennes serres, l’Atelier Coopératif d’Auto-Édition Artisanale est un espace équipé pour créer à partir de techniques anciennes : photographie argentique, cyanotype, linogravure et sérigraphie.

On y trouve aussi de quoi fabriquer un livre de manière artisanale : massicot, relieuse, presses.

Berceau des travaux des éditions l’Artisan et de nos démarches d’accompagnement, cet atelier est l’outil de travail du porteur et concepteur du projet, Rémi Chazerault Peaudeau, artiste permanent.

  • Le lieu est ouvert à d’autres artistes de manière régulière ou ponctuelle au travers de différents types de partenariat : Artiste co-worker, avec qui nous mutualisons l’espace et du matériel, et qui œuvre en son nom.
  • Artiste compagnon, avec qui nous partageons plus que l’espace, une solidarité, des échanges techniques, certains projets.
  • Artiste en résidence, que nous accueillons “chez nous” afin qu’il réalise son projet sur demande ou appel à projet.

Par ces démarches d’accueil, nous entendons promouvoir l’auto-édition en favorisant la mise en place d’un système solidaire, où l’entraide, le partage et le troc ont une valeur pour donner la parole à ceux qui souhaitent la prendre.

Cet outil a pour but de permettre à tout auteur de grandir, d’investir un espace d’expression à partir de techniques simples d’éditions et de diffuser sa parole qu’elle soit artistique, poétique, plastique ou militante.

Cet espace a été crée grâce à un financement participatif mené en 2019, puis construit par nos soins; que ce soit son labo photo éco-construit ou l’ensemble des meubles et établis des espaces.

Presque tout le matériel dont nous disposons a été donné par des contributeurs du projet.

L’atelier coopératif d’auto-édition artisanale a été finalisé à l’automne 2020. Nous sommes actuellement sur la construction du Studio.
Espace complètement éco-construit, destiné à accueillir notre équipe mais aussi et surtout, les artistes en résidence afin qu’ils puissent œuvrer et vivre sur place lors de leur venue.

Nous espérons que ce sera possible à l’été 2022.