Le projet de l’Artisan est né de par la rencontre de Barbara Gay et Rémi Chazerault Peaudeau.

Ces deux artistes pluridisciplinaires et autodidactes sont très attachés au caractère artisanal de leurs pratiques. Ensemble, ils rêvent un projet professionnel qui pourrait porter et mettre en lien la création de spectacles et l’édition de livres.

Le nom de la structure, l’Artisan, revendique que l’Artiste est avant tout un humble technicien qui œuvre à l’établi de la Création. Une personne accessible, dont la compétence poétique s’ancre dans le lien, dans le réel.

Ensemble, ils fondent l’association et portent d’abord le projet de compagnie puis le projet d’éditions.


2021


Les Éditions l’Artisan quittent le giron de la compagnie pour devenir une structure à part entière et s’installe à Chigné sur la Commune de Noyant Villages.  

Ses ateliers restent à Ecouflant et accueillent la naissance du premier livre “Texte Nu, Essence du spectacle Chair à poème”.

Remi développe son talent de photographe et initie un série d’animations autour du portrait en cyanotype.

L’Artisan Cie s’installe au Lude en Sarthe et développe un partenariat avec la Commune par la mise à disposition de la Maison des Artistes, lieu de création et de résidence où l’Artisan Cie s’engage pour un an.

Barbara s’engage dans une nouvelle création : “Tricks(is)ters”.

La diffusion du spectacle Chair à poème reprend dans la joie.


2020


Suite à la crise sanitaire, l’activité de diffusion du spectacle est mise en pause.

Rémi investit toute son énergie dans la conception et construction de l’Atelier Coopératif d’Auto-Édition Artisanale, dont le chantier se conclut à l’automne après de longs mois d’engagement.

Barbara entreprend l’écriture des premières œuvres de la maison d’éditions et accompagne l’auteure interprète Caroline Loze pour son solo de clown “ça va la vie ?”, en tant que regard extérieur.

Suite à la crise sanitaire, l’activité de diffusion de Chair à poème est mise en pause.



2019


Chair à poème accueille un public de plus en plus nombreux dans le cadre des festivals d’Art de la Rue où il joue cet été là. Le spectacle trouve aussi une reconnaissance et un soutien institutionnel auprès du Samovar.

Grâce à une équipe bénévole très engagée, la compagnie crée son premier évènement sur le territoire angevin : l’Artisanerie.

Les Éditions l’Artisan voit le jour grâce à un financement participatif et l’équipe s’engage dans différents chantiers d’éco-construction pour créer les espaces de son atelier coopératif d’auto-éditions artisanales.

En parallèle, Barbara accompagne deux artistes clowns dans une écriture solo, et deux comédiens dans la conception et la réalisation de leur masque.


2018


La compagnie co-coordonne et soutient l’organisation de gros collectifs d’Art de la Rue, au coté de la Famille Walili, notamment le collectif de la Grosse Entourloupe à Chalon dans la Rue, et le collectif de l’Entourloupe au Festival d’Aurillac. Chair à poème est diffusé par ce biais et rencontre son public.



2017


En Janvier, ils créent l’association l’Artisan, et installent leur atelier à Écouflant à l’Automne. Rémi devient le régisseur du spectacle et donne la sensibilité de son regard photographique aux prémices de son poste d’éclairagiste. A l’occasion de la tournée, il conçoit et met en matière les premières affiches manufacturées du spectacle.

Cette année là, le travail de la structure se concentre essentiellement autour de la création du spectacle et de ses spécificités : une parole singulière avec une forte dimension visuelle, rendue possible par la dimension plastique du travail de Barbara.



2016


Barbara initie les prémices de la création du spectacle Chair à Poème qui éclot dans le giron du collectif Galapiat Cirque. Elle projette de créer sa propre structure comme la perspective d’un espace d’autonomie pour sa parole d’auteure.

Rémi auto-édite son autobiographie photographique “Une ballade? un cheminement… un voyage!” à travers une exposition, un livre et des cartes postales auto-éditées.

Rémi et Barbara se rencontrent à l’aube de l’été. Rémi accompagne alors le spectacle au festival d’Aurillac. Plus tard, à l’occasion d’une série de représentations dans une chapelle romane angevine, Rémi fait une série de portraits argentiques de la clowne.